Escapade à Pfaffen-Schwabenheim

 

C´est sous un grand soleil et un magnifique ciel bleu que nous nous sommes retrouvés le 6 mai devant la Kosterkirche de Pfaffen-Schwabenheim .

Norbert Theis a accueilli chaleureusement les 18 personnes présentes. Norbert est né à Pfaffen-Schwabenheim  et très engagé dans le groupement chargé de la promotion de cette petite commune. Ce groupement joue un grand rôle dans la protection des monuments historiques. Il y a par exemple une chorale grégorienne, une fête du monastère, des concerts, des  conférences et plus encore.

Norbert Theis nous a guidés pendant presque 2 heures sur les traces de cet ancien monastère des chanoines augustins, construit en 1040 par Eberhard von Nellenburg le Bienheureux. Ce couvent est le plus grand monastère baroque non transformé en Rhénanie-Palatinat et a malheureusement souffert comme bien d´autres de la guerre de succession palatine.

Mais l´histoire de l´endroit remonte à encore plus loin, car il est mentionné officiellement en 770. Et encore plus loin, des découvertes archéologiques nous parlent des Romains et plus loin encore de la période néolithique.

Revenus à notre époque, nous avons eu la chance d´entendre Florian Guerinot et Norbert Theis nous chanter des extraits de chants grégoriens, merci à eux.

Dans l´oratorium de ce couvent, sous les portraits des 7 prieurs du couvent nous attendait un petit rafraichissement et des vins de la région nous furent proposés.

Une promenade dans le village et à travers champs et enclos nous a menés à la „Pferdepension Sonnenhof“, où nous attendait un délicieux buffet que nous avons dégusté sous les arbres.

Après le repas, Norbert Theis nous a fait la surprise de nous faire découvrir une collection étonnante de chariots attelés et de calèches, comme par exemple un Landau (voiture à cheval à 4 roues), un char de combat romain, de vieilles diligences, un camion de pompier, une petite « Victorianer ». Plusieurs d´entre se sont glissés dans les vêtements d´époque, voyez donc Christiane en gladiateur romain sur son char, ou Serge en cocher ?

 

Et ensuite, tous en selle, euh non, en calèche, avec le vrai (et le faux) cocher pour une joyeuse balade en calèche au rythme des chevaux dans ce petit coin de paradis et ses vignes.  Reste à savoir si la Mirabelle et la Poire Williams étaient prévues au programme…  Qu´importe, en musique et avec enthousiasme, nous avons fini la journée par un petit café avant de nous séparer.

Regardez ces photos qui parlent d´elles-mêmes !

Steffi Carstensen

Manou Douillot (Traduction)