Grillparty 2015

Alle Jahre wieder (au moins de juin!)
Ce sont les merles qui furent bien étonnés en ce dimanche 28 juin2015 lorsque la douce quiétude du petit vallon d’Ilbesheim fut interrompue par des intrus venus de la ville. „Tiens“ dit le vieux merle moqueur du haut de son cerisier, „celui là je le reconnais avec sa barbe blanche, il vient tous les ans avec tout un barda de vieilles planches, de haches et de journaux, il va encore nous enfumer“. „Ne m’en parle pas“, rétorque la jeune merlette affairée à chercher des vermisseaux pour sa nombreuse portée. Il y a aussi l’autre avec ses petites lunettes de prof à la  retraite qui court dans tous les sens avec ses drapeaux, comme s’il s’agissait d’une fête nationale!“ Mais laissons là ces médisants emplumés à leurs occupations.

Qu’importe si les oiseaux ont dû laisser la place à notre association pour la désormais habituelle „grillparty“ du dernier dimanche de juin. Nous avons une fois de plus respecté la tradition pour le bonheur des petits et des grands. 35 personnes de tous âges, (de 1an à 80 ans)! ont dégusté par un large soleil moult steaks, pilons de poulet et autres saucisses, grillés à point par Serge, notre maître incontesté en grillades en tous genres. Sidonie, notre présidente, qui redoutait la pénurie s’est sentie soulagée en contemplant les buffets de salade et de gâteaux croulant sous les prouesses culinaires des participants, véritable régal pour les papilles et non moins pour les yeux.

Le „Highlight“ restant toujours le  moment attendu de la photo avec ses Ah! ses Oh! et ses crises de fou rire devant l’opérateur pestant contre l’appareil qui ne déclanche pas au bon moment, créant les clichés du meilleur et non moins comique effet. Au moment de se quitter, un peu triste comme tous les ans, les participants insistent sur la nécessité de recommencer l’an prochain, rendez vous est déjà pris.

Et puis vers les 18h00, le vieux merle et sa jeune merlette, soulagés de voir partir toute cette troupe bonne enfant mais un peu brouillonne n’oublient pas d’aller faire un petit tour de reconnaissance sur le lieu, espérant glaner ça et là quelques petites miettes égarées pour que rien ne se perde et laisser la place nette.

Claude Chapat (qui remercie au passage Alphonse Daudet de lui avoir suggéré l’entrée en matière!)